Mercredi 15 août, souvenons-nous de la Ferme des Kroumirs…

Le mercredi 15 août sera commémoré à Trie-Château, la « fusillade des Kroumirs »

Le 19 juin 1944 les Allemands avaient attaqué le maquis  de Ronquerolles : 3 FTP seront tués au cours de l’attaque,  1 FTP blessé sera abattu sur place, 11 autres seront arrêtés et fusillés dans la même journée et 2 seront déportés…

Le 12 août 1944, quelques rescapés du détachement FTP Patrie qui avaient pu échapper à ce véritable massacre, s’installent dans le Ferme des Kroumirs à Trie-Château pour y créer un nouveau maquis. Les Allemands les repèrent vite et le 14 août, ils encerclent la ferme : 6 résistants FTP qui sortaient d’un petit bois sont faits prisonniers avant la ferme ; les Allemands qui avaient trouvé des armes dans la grange, fusillent le fermier Pierre Bourgeois et deux commis Jean Bouvy et André Vigneron ; les FTP déjà prisonniers essaient de s’échapper ; 4 sont tués : Albert Leclère, Marcel Tilloloy, Robert Tilloloy et Georges Rayez. Robert Laurence est rattrapé et sera déporté, le dernier, Fernand Duirat réussit à s’échapper.

Ce massacre reste très présents dans les mémoires et la cérémonie à la ferme des Kroumirs est impressionnante.

L’ANACR y sera présente avec son porte-drapeau. Le rendez-vous est 10h30 à la ferme des Kroumirs, route de Villers-sur-Trie à Trie-Château. La cérémonie commencera à 10h45

 

 

Publicités

Un magnifique cadeau…

GestetnerAprès plusieurs années de coopération avec la compagnie  » Souffler n’est pas jouer  » à travers le spectacle et les lectures théâtralisées de  » Les Femmes aussi « , l’ANACR-Oise vient de recevoir un magnifique cadeau : une Gestetner Rotary Cyclostyle N° 6, modèle de 1913.

Cette machine de reproduction à stencil, qui faisait partie du spectacle, était utilisée par les imprimeries clandestines de la Résistance durant la seconde guerre mondiale.

En posséder une, vous envoyait en prison en qualité d’otage, puis en camp d’internement ou/et de déportation quand ce n’était pas devant le peloton d’exécution.

Nulle doute que cette pièce historique sera désormais en bonne place lors de nos prochaines expositions.

Nous devons ce très beau cadeau à notre amie et présidente de la compagnie  » Souffler n’est pas jouer « , Madame Françoise LECOMTE.

Qu’elle soit ici remerciée chaleureusement et assurée du bon usage de ce présent qui ne manquera pas d’étonner les plus jeunes.
Gestetner 2

De Barbusse à Césaire…

Le 16 juin dernier l’association des Amis d’Henri Barbusse organisait sa réunion annuelle au cours de laquelle Olivier Catayée, proviseur du Lycée Professionnel Claude Nicolas Ledoux (93320 Les Pavillons-sous-Bois) a prononcé un discours où après avoir rappelé son beau  travail de proviseur auprès d’élèves qui bien souvent ont traversé des épreuves qu’aucun jeune ne devrait connaître, il a dressé un parallèle fort intéressant entre Barbusse et Césaire.

Monsieur CATAYEEOlivier Catayée nous a autorisé à publier son discours qui, selon nous, a toute sa place sur le blog de l’ANACR:

Mesdames et messieurs, chers amis,

C’est avec honneur mais aussi une immense modestie que j’ai accepté l’invitation du président  Paul Markidès à prendre la parole devant vous en cette journée « Henri Barbusse ».

En effet, je ne suis ni spécialiste d’Henri Barbusse, ni historien, ni communiste, et ma seule acquaintance avec les anciens combattants se limitait, il y a encore 10 ans, à la mémoire de mon grand-père, compagnon de la liberté et médaillé de guerre.

Je suis proviseur d’un lycée professionnel en banlieue Est parisienne, en Seine Saint-Denis. Spécialisé dans le bâtiment et formant des maçons, des peintres, menuisiers, carreleurs et métalliers, ce lycée accueille actuellement une grande partie de ces enfants migrants mineurs ou majeurs dont l’histoire est en tous points similaire à celle du jeune Mamadou Gassama qui a récemment fait l’actualité en sauvant un enfant mais également en nous jetant au visage une irréfragable réalité qui nous aveugle pourtant depuis bien longtemps. …  LIRE LA SUITE

Quand la diplomatie perd la mémoire…

Le Président du Sénat qui n’avait pas trouvé de possibilité pratique pour  organiser une cérémonie autour de la Journée nationale de la Résistance (le 27 mai 2018) et le 75ème anniversaire de la création (le 27 mai 1943)  du Conseil National de la Résistance a trouvé opportun de recevoir le 11 juin 2018 le Président de la Verkhovna Rada, l’assemblée ukrainienne, Andriy Parouby. Le président de l’Assemblée nationale l’a également reçu le même jour…

Mais Andriy Parppppouby n’est pas seulement président de la Verkhovna Rada.

Voici ce que dit wikipedia sur  le personnage :  » Dans les années précédant l’indépendance de l’Ukraine en 1991, Andry Parouby était un activiste indépendantiste ; il fut arrêté pour la tenue d’un rassemblement illégal en 1988. En 1991, il fonde un mouvement d’extrême droite, le Parti social-nationaliste d’Ukraine, avec Oleh Tyahnybok. Ce parti, tenant d’un nationalisme radical, présente de nombreuses similitudes avec le nazisme (comme son nom et son symbole, la Wolfsangel) et s’en revendique. Son idéologie, dans la continuité de celle de Stepan Bandera, est considérée comme de l’antisémitisme par le Centre Simon-Wiesenthal4 et a été pointée du doigt pour la glorification du passé collaborationniste d’une partie du peuple ukrainien avec l’Allemagne nazie. ».

Il a revendiqué l’héritage des atrocités antisémites commises en Gallicie (shoah par balle et alimentation des chambres à gaz, massacre de Babiyar), assassinat des patriotes soviétiques, des démocrates, etc…).

Toujours présent lors des célébrations de la division SS Halychyna, il est aujourd’hui le président du parti « svoboda » transformation « diplomatique » du « parti socialiste national ukrainien » pour le rendre plus présentable : un parti dont l’emblème était, jusqu’à peu, le même que celui la division « das Reich » sinistrement connue pour ses massacres dont Tulle et Oradour. Il est avec son parti est un des responsables majeurs du massacre de Maïdan le 20 février 2014.

Bien sûr on nous dit qu’il faut discuter avec tous les acteurs des conflits pour trouver des solutions « diplomatiques »…

Nous demandons qu’on soit aussi clair et explicite dans le nécessaire travail de mémoire autour de la Résistance et de ses acteurs, héros ou anonymes…

Le 15 juin à Saint-Maximin : conférence sur « le rôle de l’Oise dans le débarquement du 6 juin 1944 »

Une conférence de Frédéric Gondron qui part du film « le Jour le plus long » ?

Nous avons tous vu et revu ce film qui raconte l’histoire d’un de ces jours qui a fait basculer l’issue de la Seconde Guerre mondiale.

Mais saviez-vous que, bien qu’éloigné de 250 kilomètres, le département avait joué un rôle en ce jour mémorable ? C’est inscrit dans le film et vous ne le saviez pas ? Il est temps de le découvrir.

conferenceFredericGondron-15juin2018

La Journée nationale de la Résistance célébrée à Montataire

IMG_0782
27 mai 2018: journée nationale de la Résistance à Montataire

Notre président Alain Blanchard était présent à cette cérémonie qui cette année nous rappelle le 75ème anniversaire de la création du Conseil National de la Résistance.

Y a-t-il eu des commémorations dans d’autres villes ? Sans doute… Si vous en avez connaissance merci de le signaler…