Un magnifique cadeau…

GestetnerAprès plusieurs années de coopération avec la compagnie  » Souffler n’est pas jouer  » à travers le spectacle et les lectures théâtralisées de  » Les Femmes aussi « , l’ANACR-Oise vient de recevoir un magnifique cadeau : une Gestetner Rotary Cyclostyle N° 6, modèle de 1913.

Cette machine de reproduction à stencil, qui faisait partie du spectacle, était utilisée par les imprimeries clandestines de la Résistance durant la seconde guerre mondiale.

En posséder une, vous envoyait en prison en qualité d’otage, puis en camp d’internement ou/et de déportation quand ce n’était pas devant le peloton d’exécution.

Nulle doute que cette pièce historique sera désormais en bonne place lors de nos prochaines expositions.

Nous devons ce très beau cadeau à notre amie et présidente de la compagnie  » Souffler n’est pas jouer « , Madame Françoise LECOMTE.

Qu’elle soit ici remerciée chaleureusement et assurée du bon usage de ce présent qui ne manquera pas d’étonner les plus jeunes.
Gestetner 2

Publicités

De Barbusse à Césaire…

Le 16 juin dernier l’association des Amis d’Henri Barbusse organisait sa réunion annuelle au cours de laquelle Olivier Catayée, proviseur du Lycée Professionnel Claude Nicolas Ledoux (93320 Les Pavillons-sous-Bois) a prononcé un discours où après avoir rappelé son beau  travail de proviseur auprès d’élèves qui bien souvent ont traversé des épreuves qu’aucun jeune ne devrait connaître, il a dressé un parallèle fort intéressant entre Barbusse et Césaire.

Monsieur CATAYEEOlivier Catayée nous a autorisé à publier son discours qui, selon nous, a toute sa place sur le blog de l’ANACR:

Mesdames et messieurs, chers amis,

C’est avec honneur mais aussi une immense modestie que j’ai accepté l’invitation du président  Paul Markidès à prendre la parole devant vous en cette journée « Henri Barbusse ».

En effet, je ne suis ni spécialiste d’Henri Barbusse, ni historien, ni communiste, et ma seule acquaintance avec les anciens combattants se limitait, il y a encore 10 ans, à la mémoire de mon grand-père, compagnon de la liberté et médaillé de guerre.

Je suis proviseur d’un lycée professionnel en banlieue Est parisienne, en Seine Saint-Denis. Spécialisé dans le bâtiment et formant des maçons, des peintres, menuisiers, carreleurs et métalliers, ce lycée accueille actuellement une grande partie de ces enfants migrants mineurs ou majeurs dont l’histoire est en tous points similaire à celle du jeune Mamadou Gassama qui a récemment fait l’actualité en sauvant un enfant mais également en nous jetant au visage une irréfragable réalité qui nous aveugle pourtant depuis bien longtemps. …  LIRE LA SUITE