L’amphithéâtre Martha Desrumeaux à l’Université de Lille

L’université de Lille, dans le cadre de son projet pour l’égalité hommes-femmes, va donner  des noms de femmes à 15 de ses amphithéâtres. 45 noms ont été proposés au vote (ouvert à tous) avec 15 femmes liées à l’université, 15 liées à la région et 15 à la stature plus « nationale ». Le vote a eu lieu le 18 mai et parmi les 15 femmes qui donneront leur nom à un amphithéâtre  il y a Martha Desrumeaux !

martha2Martha Desrumeaux, l’ouvrière textile dans le Nord, la militante syndicaliste et communistela Résistante, à l’origine de la constitution du Front national dans le Nord. Arrêtée le 27 août 1941, à l’issue d’une opération conjointe de la police française et de la Feldgendarmerie, passant de prison en prison ( centre de la rue Négrier à Lille, puis à Loos-lez-Lille, Bruxelles, Aix-la-Chapelle, Cologne, Hanovre et Hambourg) avant d’être déportée à Ravensbrück où elle arrive le 28 mars 1942 (matricule n° 9 948) ; revenue de déportation en avril 1945, à nouveau responsable syndicaliste jusqu’en 1950 où elle est évincée après l’échec des grèves du textile de novembre 1949… Le 14 janvier 1948, Martha Desrumeaux avait été citée à l’ordre de l’armée, lieutenant des Forces françaises de l’intérieur par le président du Conseil des ministres.

Laurence Dubois, présidente de l’association des Amies de Martha Desrumeaux qui milite pour son entrée au Panthéon exprime sa joie :

martha1« Félicitons-nous de cette démarche. Félicitons-nous que Martha Desrumaux ait été officiellement et démocratiquement choisie par les instances universitaires. Chacune, chacun pourra ainsi mesurer l’importance de cette décision et l’impact qu’elle donne à la campagne Ouvrir le Panthéon au monde ouvrier, Martha Desrumaux, pour une ouvrière au Panthéon ! Rares sont les universités qui ont ainsi rendu hommage à un membre de la classe ouvrière… « 

Sandrine Rousseau, maître de conférences à l’université, vice-présidente Vie Campus chargée de l’égalité femmes-hommes précise : « Sur 212 amphithéâtres que compte l’université de Lille, seuls 2,5 portent des noms de femmes. Beaucoup n’ont que des lettres mais beaucoup d’autres portent des noms d’hommes importants et brillants. Toutefois nous pensons important et au nom de ma mission sur l’égalité, je porte cette idée haut, que l’université doit afficher des noms de femmes remarquables dans la même proportion. C’est bien sûr un défi tant l’histoire des femmes a été minimisée voire effacée…« 

De son côté, Hermeline Pernaud,  enseignante également à l’Université de Lille, chef de projet égalité hommes-femmes, précise les modalités des choix : « Près de 4000 étudiant·e·s et membres du personnel ont voté. C’est donc une belle action. Nous avions proposé 15 noms de femmes de l’université de Lille, 15 femmes régionales et 15 femmes nationales ou internationales. […] Parmi les 15 noms sortants, on compte seulement 2 femmes de l’université et 3 femmes de la région. Martha Desrumaux a donc grandement marqué les esprits des personnes qui ont voté. »

Vous pouvez d’ailleurs retrouver les noms des 15 femmes choisies par le vote sur la page égalité de l’université.

À écouter :  une émission du 5 juin 2020 sur France Culture. C’est un magnifique entretien d’Anise Postel-Vinay, Résistante et déportée qui vient de nous quitter. Ce témoignage date de 2015. Anise Postel-Vinay y témoigne de sa Résistance et de sa déportation. À la 44ème minute elle dit :  » de mon temps, les premières résistantes en France, figurez-vous, c’était les femmes du Nord, des femmes de 40 ans, c’était ça ! et avec cette fameuse communiste Martha Desrumaux, qui dirigeait, je crois la CGT du Nord… »

Quel magnifique hommage à Martha !

A l’époque on voulait « faire quelque chose » contre l’occupant. Mais on ne disait pas du tout qu’on « entrait en résistance ». Je n’aime pas beaucoup cette formule car on dirait qu’on entre en religion. Alors que non, on ne rentrait pas du tout en religion, on cherchait quelque chose d’actif et d’efficace. On ne savait d’ailleurs même pas quoi, ni avec qui ou comment. Toutefois, nous sentions que nous ne pouvions pas accepter cette occupation non seulement allemande, mais surtout nazie. Anise Postel-Vinay (France Culture)

Appel aux dons : l’association les Ami.e.s de Martha Desrumaux a besoin d’être soutenue financièrement pour continuer à faire connaître Martha Desrumaux. Les chèques libellés à l’association Les Ami.e.s de Martha Desrumaux, peuvent être envoyés au 166 rdc avenue de Bretagne, 59000 Lille

Appel aux créateurs : durant la semaine du 8 mars 2021 en partenariat avec la maire de Lille, l’association présentera une exposition relative à Martha Desrumaux et aux luttes des femmes avec une quarantaine d’œuvres de plasticiens et de sculpteurs. Déjà plusieurs créateurs nous ont proposé leurs créations parmi lesquels l’affichiste Ernest Pignon Ernest. Participez à cette initiative, aidez-nous à trouver des créateurs. C’est peut-être vous !

Découvrez les dernières informations sur l’association  sur Facebook et partagez !logoMartha

sources : courrier envoyé par Laurence Dubois, Maitron.fr, univ-lille.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s