Grande et belle cérémonie à Carlepont et Royallieu, le dimanche 13 mars.

Le dimanche 13 mars a eu lieu à Carlepont et à Compiègne une cérémonie particulièrement importante qui a rendu hommage aux otages fusillés de Compiègne et Carlepont à l’initiative du PCF, de la CGT, de l’ANACR-Oise et du FNDIRP-Oise ; de très nombreuses associations (AMOI, Mémoire vive, ARAC, …) étaient aussi représentées.

Il y a exactement 80 ans, 16 otages ont été fusillés puis inhumés dans six différents cimetières de l’Oise : 2 à La Croix saint Ouen, 2 à Vieux Moulin, 3 à Carlepont, 3 à Cuts, 6 au cimetière Nord de Compiègne. Tous extraits du camp allemand d’internement de Compiègne Royallieu (Front stalag 122). Tous, militants ou sympathisants communistes ou considérés comme tels. Tous ont été fusillés au titre d’otages.

Il y a une seule stèle commémorative à la Butte aux Zouaves à Moulin-sous-Touvent en forêt de Carlepont pour les six fusillés qui ont été ensuite inhumés à Carlepont. La Butte aux Zouaves à Moulin-sous-Touvent a été classée monument historique en 2002 mais il y a actuellement une demande de déclassement de la part de l’entreprise Gurdebeke (traitement de déchets) qui voudrait agrandir son site à proximité de la Butte aux Zouaves. Une procédure est en cours, et le tribunal administratif d’Amiens a décidé provisoirement que ce lieu, hautement symbolique des deux guerres mondiales dans l’Oise, restera classé au titre des monuments historiques.

La première partie de la cérémonie prévue initialement à la Butte aux Zouaves s’est déroulée au cimetière de Carlepont pour rendre hommage à :

  • Léon Durville, 61 ans : marchand forain, militant communiste de l’Aisne, fusillé le 21 février 1942, inhumé à Carlepont
  • Arthur Lefebvre, 45 ans : ouvrier mécanicien, militant communiste, fusillé le 21 février 1942, inhumé à Carlepont
  • Emile Michaud, 41ans : commerçant, militant communiste, fusillé le 21 février 1942, inhumé à Carlepont
  • Corentin Cariou, 43 ans : ajusteur à la Société du gaz de Paris, syndicaliste, membre du comité central du Parti communiste, conseiller municipal de Paris, résistant, fusillé le 7 mars 1942, inhumé à Cuts
  • Jean Baptiste Réchaussière, 41 ans : contrôleur, Société des transports en commun de la région parisienne, militant syndicaliste et communiste, fusillé le 7 mars 1942, inhumé à Cuts
  • Pierre Rigaud, 41 ans : ouvrier et dessinateur industriel dans la construction électrique de France, dirigeant de la Jeunesse communiste à Paris et à Lyon, fusillé le 7 mars 1942, inhumé à Cuts

Après la lecture des noms de ces 6 otages et les allocutions de Patrice Carvalho, Maire de Thourotte, ancien député et conseiller départemental et de Nicolas Bonnet, Président du Groupe des élus communistes de la ville de Paris, des gerbes de fleurs ont été déposées et une minute de silence a été observée suivie de la Marseillaise et du Chant des Partisans.

La cérémonie s’est ensuite poursuivie à Compiègne, au Mémorial de la Déportation de Royallieu pour rendre hommage à :

  • Roger L’Hévéder, 27 ans : marin communiste, inhumé à la Croix-Saint-Ouen, fusillé le 14 février 1942, inhumé à La-Croix-Saint-Ouen
  • Lucien Levavasseur, 31ans  : ouvrier du textile, militant communiste et syndicaliste, fusillé le 14 février 1942, inhumé à Vieux-Moulin
  • Jacques Samson, 22 ans : ouvrier du textile, syndicaliste CGT et militant communiste, fusillé le 14 février 1942, inhumé à La-Croix-Saint-Ouen
  • Chaïm Porecki, 27 ans : fourreur, juif, sympathisant communiste, fusillé le 14 février 1942, inhumé à Vieux-Moulin
  • Gustave Delarue, 58 ans : ouvrier du textile, puis de la chimie, secrétaire du syndicat CGTU, secrétaire de section communiste, fusillé le 31 mars 1942, inhumé au cimetière-nord Compiègne
  • Maurice Boulet, 41 ans : ouvrier du textile, militant syndicaliste, fusillé le 9 mai 1942, inhumé au cimetière-nord Compiègne
  • Jean Delatre, 21 ans : ouvrier métallurgiste, militant communiste, fusillé le 9 mai 1942, inhumé au cimetière-nord Compiègne
  • André Giraudon, 25 ans : ajusteur, militant communiste du Cher, résistant, fusillé le 9 mai 1942, inhumé au cimetière-nord Compiègne
  • Gustave Lecomte, 36 ans : syndicaliste, résistant, fusillé le 9 mai 1942, inhumé au cimetière-nord Compiègne
  • Ursin Scheid, 43 ans : ouvrier métallurgiste, militant syndicaliste et communiste, fusillé le 9 mai 1942, inhumé au cimetière-nord Compiègne

Après la lecture des noms de ces 10 otages et les allocutions de Loic Pen pour le Parti communiste, fédération de l’Oise, Nayé Sidibe pour l’Union départementale de la CGT-Oise et Hélène Fabre Boulanger pour l’Association Nationale des Anciens Combattants, ami-e-s de la Résistance de l’Oise, comme à Carlepont, des gerbes de fleurs ont été déposées et une minute de silence a été observée suivie de la Marseillaise et du Chant des Partisans.

Voici le texte qu’Hélène Fabre Boulanger a prononcé au nom de l’ANACR-Oise :

Mesdames Messieurs, chers Amis chers Camarades,

L’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance est née au lendemain de la seconde guerre mondiale. C’est au nom des 60 millions de morts et des destructions considérables qu’elle a engendrées, que notre association s’est donnée comme objectif de transmettre la Mémoire des Hommes et des Femmes qui ont lutté contre le régime hitlérien, pour la Liberté de notre pays, pour la paix, pour la défense des valeurs patriotiques, démocratiques et humanistes.

Ces valeurs ont été confortées et enrichies -en particulier à propos des fusillés- par les recherches et le travail d’un homme trop vite disparu et à qui je souhaite devant ce monument rendre hommage : notre ami, Jean-Pierre BESSE, professeur et historien.

C’est au titre de ces valeurs que nous commémorons les assassinats commis il y a 80 ans en forêts de Compiègne et de Carlepont. Ces crimes, accomplis contre des hommes de tout âge, des fils, des pères, des frères, des hommes engagés, qui au préalable, ont été emprisonnés ici même dans ce camp allemand de COMPIEGNE.

Ils étaient, internés politiques, syndicalistes, Résistants. Ils étaient des otages, choisis avec la complicité du gouvernement français de Vichy, en représailles à des actes de la Résistance, des sabotages, des attentats.

Nous nous inclinons avec respect devant ces patriotes qui sont tombés pour libérer la France. nous ne les oublierons pas, comme nous ne voulons rien oublier de cette guerre tragique, afin de transmettre en particulier aux jeunes générations, cette mémoire indispensable pour que la Paix l’emporte sur la guerre, sur toutes les guerres.

Nous n’oublions pas, ce que nous devons au peuple russe, à son engagement et ses sacrifices pour en finir avec Hitler et le nazisme. Mais notre association s’oppose résolument à cette nouvelle guerre en Ukraine, engagée par Vladimir Poutine. Nous exigeons un cesser le feu immédiat et l’ouverture de négociations de Paix, entre l’Ukraine et la Russie sous l’égide de l’ONU.

Je vous remercie.

Commémoration au Monument aux Morts du Mémorial de l’Internement et de la Déportation de Compiègne le 13 mars 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s