Avant la journée Nationale de la Résistance, voici deux évocations de la Résistance

Dans quelques jours, le 27 mai nous célèbrerons partout en France et tout particulièrement dans les écoles, les collèges et les lycées la Journée Nationale de la Résistance.

Avec un peu d’avance voici deux documents qui chacun à sa façon rendent hommage à la Résistance et aux Résistants.

Il s’agit du texte lu par les élèves de Mathilde Marguerith le 23 mars dernier lors de l’inauguration du nouveau nom donné à leur salle d’histoire « Lucienne Fabre-Sebart » et d’un article paru dans « Le Patriote Résistant », mensuel de la FNDIRP (Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes), signé par son président Raymond Lovato, relatant la première attaque contre les nazis réalisée par la Résistance à Compiègne le 1er mai 1942.

Voici cet article :  Cliquer ICI pour le télécharger

premier-mai-1942-Compiegne

Et le texte des élèves de la classe « Lucienne Fabre-Sebart »

Aujourd’hui nous sommes réunis aujourd’hui pour célébrer la Résistance, pour rendre hommage à une grande dame qui a tant oeuvré pour la Libération du pays.
Nous rendons en effet hommage à Mme Lucienne Fabre-Sébart qui comme ses camarades résistants, a combattu pour défendre une idée qu’ils jugeaient plus grande qu’eux : celle d’une France libre.
Nous, jeunes adolescents, nous voulons témoigner de notre gratitude pour le sacrifice de ces résistants, de ces soldats de l’ombre. Mme Lucienne Fabre n’a pas hésité à quitter sa famille, à rejoindre la clandestinité.
On a réfléchi cette année sur l’engagement : résister, dire non, désobéir pour défendre des valeurs et des idées.
Nous avons été admiratifs et fascinés face aux actions de Mme Fabre.
Porter des tracts, des messages, livrer des journaux clandestins, parcourir la zone occupée à vélo, cela nous apparait comme des actes extraordinaires. Pourtant Mme Fabre comme des centaines de résistants a agi dans l’ombre.
Cette année nous avons travaillé avec nos professeures de français et d’histoire sur la place de la femme dans l’histoire et sur les luttes menées pour qu’elles obtiennent plus de droits. Ce qui nous parait évident aujourd’hui, est évident, car des femmes se sont battues.
Et Mme Fabre fait partie de ces femmes qui ont agi, qui ont dit non.
Pourtant les femmes résistantes n’ont pas été assez reconnues. Elles auraient représenté 20 % des membres de la Résistance, mais on compte seulement six femmes parmi les 1038 Compagnons de la Libération et elles représentent à peine 10 % des médaillés de la Résistance.
Mme Fabre a reçu la légion d’honneur l’an dernier. Nous sommes fiers aujourd’hui de lui rendre un hommage dans notre collège.
A partir de ce jour, à chaque fois que nous entrerons dans notre salle, nous aurons une pensée pour Mme Fabre et pour ses camarades résistants.
Nous ferons désormais cours d’histoire dans la salle Lucienne Fabre Sébart. Pour tous ceux qui nous suivront après, dans cette salle, cela donnera du sens à leur réflexion sur la guerre, les luttes, la Résistance, l’engagement.

Madame Boulanger, vous êtes la fille de Lucienne. Transmettez-lui s’il vous plaît toute notre gratitude et notre admiration pour ses actions.
Merci d’être venue avec votre époux. Nous sommes touchés.
Aujourd’hui, vous faites le lien avec Lucienne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s